amorce


amorce

amorce [ amɔrs ] n. f.
XIIIe amorse, subst. fém. de amors, p. p. de l'a. fr. amordre, de mordre
I
1Pêche Vx Appât.
Mod. Produit jeté dans l'eau pour amorcer le poisson (et par ext. disséminé pour attirer le gibier dans le piège). Le blé, le pain, le sang, les vers blancs servent d'amorces.
2Fig. Vx Ce qui attire, séduit. appât. « les trompeuses amorces » (Boileau).
IIPar ext.
1(v. 1620) Petite masse de matière détonante servant à provoquer l'explosion d'une charge de poudre ou d'explosif; dispositif de mise à feu. détonateur. Petite charge enfermée dans une capsule, et capable de détoner pour faire du bruit. pétard. Pistolet à amorces pour enfants.
2(1866) Premier tronçon d'une route, d'une voie ferrée (servant d'indication pour les travaux à venir).
(1923) Bande-amorce ou amorce :ruban coloré qu'on colle à l'extrémité d'un film ou d'une bande magnétique pour protéger le pourtour extérieur du rouleau et mettre en place le dispositif.
Inform. Partie d'un programme qui entraîne l'apparition d'instructions suivantes.
3(1948) Fig. Manière d'entamer, de commencer. commencement, début, ébauche. Cette rencontre pourrait être l'amorce d'une négociation véritable. Début, à la une, d'un article dont la suite figure à l'intérieur du journal.
⊗ CONTR. Achèvement, conclusion.

amorce nom féminin (participe passé de l'ancien français amordre, du latin populaire admordere, mordre) Produit servant à attirer les poissons. Ce qui constitue la phase initiale d'une action ; début, commencement, ébauche : L'amorce d'une négociation. Premier élément, ce qui forme le début de quelque chose : Cet ouvrage est l'amorce de la nouvelle autoroute. Très petite masse de matière fulminante entre deux rondelles de papier et produisant une légère explosion quand on la frappe. Longueur de film ou de bande magnétique ajoutée au début et en fin de bobine pour en faciliter la manipulation. Apiculture Dans une ruche, fragment de rayon ou de feuille de cire, destiné à inciter les abeilles à construire. Bâtiment Synonyme de pierre d'attente. Informatique Programme généralement stocké en mémoire morte et destiné à assurer le démarrage d'un ordinateur. Presse Début, à la une, d'un article dont la suite est en page intérieure. Premier article d'une série publiée sur plusieurs numéros. Pyrotechnie Petite masse d'un explosif sensible au choc, à la flamme ou à l'étincelle électrique, destinée à provoquer l'explosion d'une charge de poudre ou d'explosif. Artifice de mise de feu comprenant essentiellement une enveloppe métallique et l'explosif d'amorçage qui y est logé. ● amorce (expressions) nom féminin (participe passé de l'ancien français amordre, du latin populaire admordere, mordre) Amorce fulminante, amorce servant à la mise de feu d'une poudre propulsive. ● amorce (synonymes) nom féminin (participe passé de l'ancien français amordre, du latin populaire admordere, mordre) Produit servant à attirer les poissons.
Synonymes :
- appât
Ce qui constitue la phase initiale d'une action ; début, commencement...
Synonymes :
- prémices
Contraires :
- achèvement
- fin
- réalisation
Premier élément, ce qui forme le début de quelque chose
Synonymes :
- départ
- préliminaires
Synonymes :
- Bâtiment. pierre d'attente

amorce
n. f.
d1./d Appât jeté dans l'eau ou disposé autour d'un piège pour attirer le poisson, le gibier.
d2./d Capsule à poudre fulminante servant à mettre à feu une charge de poudre, d'explosif.
Pastille de produit détonant collée entre deux papiers, servant de jeu pour les enfants. Pistolet à amorces.
d3./d Par ext. ébauche (d'un ouvrage, d'un processus). L'amorce d'une autoroute. L'amorce de pourparlers.

⇒AMORCE, subst. fém.
A.— 1. PÊCHE. Appât fixé au bout de la ligne pour attirer le poisson et l'inciter à y mordre en vue de sa capture. Prendre des poissons avec de l'amorce; mettre l'amorce à l'hameçon (Ac. 1835-1932) :
1. Il pêcha à la ligne, sut distinguer (...) les diverses amorces qui tentent les divers poissons.
G. DE MAUPASSANT, Contes et nouvelles, t. 1, Bombard, 1884, p. 973.
2. Le plus souvent il oubliait de mettre une amorce à sa ligne ou même un hameçon.
P. CLAUDEL, Sous le rempart d'Athènes, 1927, p. 1130.
Amorce vive. Poisson vivant utilisé en guise d'amorce.
Rem. Attesté ds Ac. Compl. 1842, BESCH. 1845, Lar. 19e-Lar. encyclop.
P. ext., PÊCHE et CHASSE. Appât généralement composite et disposé en lieu fixe ou en ordre dispersé, en vue d'attirer et de capturer les poissons, parfois les oiseaux, plus rarement tout autre animal :
3. ... ils leur [aux animaux] tendaient des piéges, en attachant une amorce à un arc fortement bandé : l'animal, en dévorant cette amorce, fait partir une détente qui pousse une flèche dirigée vers l'appât.
Voyage de La Pérouse autour du monde, t. 3, 1797, p. 107.
2. Au fig. Ce qui attire et séduit l'homme (généralement avec une idée de développements ultérieurs) en flattant ses sens ou son esprit. Les amorces de la volupté (Ac. 1835-1932) :
4. Petit-Claud était un de ces hommes profondément retors et traîtreusement doubles, qui ne se laissent jamais prendre aux amorces du présent ni aux leurres d'aucun attachement...
H. DE BALZAC, Les Illusions perdues, 1843, p. 682.
5. Il [Gavarni] connaît, comme Marivaux, toute la puissance de la réticence, qui est à la fois une amorce et une flatterie à l'intelligence du public.
Ch. BAUDELAIRE, Curiosités esthétiques, 1867, p. 198.
6. De toutes les attractions, la plus puissante pour l'humanité primitive a probablement été celle exercée par la pêche. (...). Les ressources nourricières de la mer ont été l'amorce par laquelle le terrien qu'est l'homme a été attiré vers cet élément étranger auquel il s'est habitué, dont il est devenu l'hôte et pour ainsi dire le commensal.
P. VIDAL DE LA BLACHE, Principes de géographie humaine, 1921, p. 264.
En partic., dans la lang. érotique :
7. Elle lui jeta un de ces coups d'œil que les femmes nomment une amorce.
P.-A. PONSON DU TERRAIL, Rocambole, t. 4, Les Exploits de Rocambole, 1859, p. 223.
Rem. Syntagmes rencontrés (surtout en poésie) douce amorce, mielleuse —, perfide —, trompeuse amorce.
B.— P. ext. Ce qui permet de déclencher une opération (généralement difficile) ou en commande la suite.
1. PYROTECHNIE. Ce qui fait exploser une charge.
a) Poudre à canon ou pulvérin que l'on mettait dans le bassinet d'un fusil, ou sur la lumière d'un canon pour faire partir un coup. (L') amorce (est bien) sèche; (l') amorce (est) mouillée :
8. ... tout à coup, il s'arrête, descend de cheval, renouvelle l'amorce de sa carabine et de ses pistolets, ...
STENDHAL, De l'Amour, 1822, p. 250.
9. ... l'amorce était mouillée, le fusil fit long feu.
H. POURRAT, Gaspard des montagnes, La Tour du Levant, 1931, p. 280.
b) Petite quantité d'explosif puissant détonant à la percussion et provoquant la déflagration de la charge principale d'une cartouche, d'un obus, d'une mine, d'une charge de dynamite, etc. :
10. ... Pencroff, relayé par Nab, fit si bien que, vers quatre heures du soir, le trou de mine était achevé. Restait la question d'inflammation de la substance explosive. Ordinairement, la nitro-glycérine s'enflamme au moyen d'amorces de fulminate qui, en éclatant, déterminent l'explosion. Il faut, en effet, un choc pour provoquer l'explosion, et, allumée simplement, cette substance brûlerait sans éclater.
J. VERNE, L'Île mystérieuse, 1874, p. 159.
11. On utilise les propriétés éminemment explosives du fulminate de mercure pour la préparation des capsules et des amorces ou détonateurs; ...
P.-F. CHALON, Les explosifs modernes, 1911, p. 99.
Loc. (Réussir une opération militaire) sans brûler une amorce. ,,Sans tirer un coup de fusil.`` (BESCH. 1845) :
12. Eh bien, on le poursuivra ainsi jusqu'à Paris sans brûler une amorce.
A. DUMAS Père, Le Comte de Monte-Cristo, t. 1, 1846, p. 133.
P. anal. Objet servant de jouet et consistant en une petite masse de détonateur, généralement de fulminate de mercure, collée entre deux rondelles de papier, et que l'enfant fait détoner, pour le plaisir du bruit, par le choc d'un chien de pistolet, d'un caillou, d'un talon clouté, etc. Pistolet à amorce :
13. — Voici deux pétards pour toi, dit-elle en me jetant des bonbons enveloppés de ces papiers dorés qui contiennent une amorce.
F. MAURIAC, La Robe prétexte, 1914, p. 12.
2. a) Ce qui est destiné à engager une opération comportant une suite ou à l'accélérer.
CHIM. Élément de substance cristallisée placé dans une solution saturée ou sursaturée pour provoquer ou accélérer la cristallisation du sel dissous :
14. La précipitation du carbonate de magnésie est (...) augmentée par la présence, sur les parois de la bâche, de dépôts de carbonate de magnésie qui servent d'amorce.
E. BOULLANGER, Malterie, brasserie, 1934, p. 31.
TECHNOL. Petite quantité d'eau versée dans une pompe pour l'amorcer.
Rem. Attesté ds Lar. 19e, LITTRÉ, GUÉRIN 1892, Nouv. Lar. ill., ROB.
b) P. ext. Ce qui sert à engager et à effectuer une opération progressive.
BIJOUT., ORFÈVR. Dissolution d'or, d'argent ou de platine dans laquelle on trempe une lame métallique pour la plaquer d'un de ces métaux.
Rem. Attesté ds Ac. Compl. 1842, BESCH. 1845, Lar. 19e, LITTRÉ, GUÉRIN 1892, Nouv. Lar. ill., DG, Lar. encyclop.
BIOLOGIE :
15. Certains auteurs supposent l'existence dans le cytoplasme d'éléments analogues aux gènes du noyau, les plasmagènes, doués d'autoreproduction et capables de se transmettre. Deux autres hypothèses, celle des équilibres de flux (Monod, Cohen) et celle des germes ou amorces, ont été également proposées.
Hist. générale des sciences, t. 3, vol. 2, 1964, p. 705.
INFORMAT. ,,Partie d'un programme qui commande la lecture d'instructions [et] entraînant la lecture d'instructions suivantes jusqu'à l'enregistrement du programme complet.`` (GUILH. 1969).
C.— P. méton. Phase initiale ou d'incitation d'un travail comportant une suite; résultat de cette opération.
1. Phase initiale d'une opération continue demandant à son début un supplément d'effort.
a) TECHNOL. Opération consistant à aspirer à travers un tuyau une petite quantité d'un liquide à transvaser, qu'on laisse ensuite s'écouler par son propre mouvement :
16. Pour vider une cuve dans une autre par un tuyau de caoutchouc, une simple amorce suffit.
J. COCTEAU, Les Enfants terribles, 1929, p. 138.
b) Au fig. :
17. ... ils se sont fait une mentalité de ligueurs, oubliant que La Ligue n'était sans doute point une institution de la royauté, mais qu'elle en était une maladie au contraire, et l'annonce et l'amorce des temps futurs, le commencement de l'intrigue...
Ch. PÉGUY, L'Argent, 1913, p. 1123.
2. Résultat de cette partie d'un travail; début de proportion généralement modeste d'un travail, mais assez avancé pour donner une idée de la suite.
a) Diverses techn.
ARCHIT. Partie de muraille laissée inachevée, mais de manière à pouvoir être continuée plus tard :
18. C'est (...) une maison dont les planchers ne sont pas commencés, qui regarde les étoiles entre l'amorce de quatre murs...
É. ESTAUNIÉ, Le Silence dans la campagne, 1925, p. 124.
19. Partout des échafaudages, des amorces d'escaliers, tout cela entourant les vieilles bâtisses couleur de ruines calcinées.
J. GREEN, Journal, 1936, p. 58.
Rem. Attesté ds Ac. 1878-1932, GUÉRIN 1892, ROB., Lar. encyclop., QUILLET 1965.
P. ET CH. Commencement de percement d'une rue ou d'une route nouvelle :
20. La jetée s'étend blanche et droite, comme l'amorce d'une route inachevée...
P. LOUYS, Aphrodite, 1896, p. 174.
TECHNOL. ,,Début de percement de trou ou d'ouverture.`` (BARB.-CAD. 1963).
b) P. anal., domaine de la création littér. :
21. Sur un grand nombre de sujets, il [Barrès] avait des enveloppes, des chemises jaunes, vertes ou rouges, contenant des brouillons, des amorces de développements, une page à demi rédigée...
J. THARAUD, Mes années chez Barrès, 1928, p. 96.
22. Je n'étais même pas sans me féliciter d'avoir dès maintenant, avec mes petits poèmes en prose redevenus disponibles, l'amorce d'un autre recueil qui ne demanderait qu'à se compléter.
J. ROMAINS, Les Hommes de bonne volonté, La Douceur de la vie, 1939, p. 96.
3. P. ext. Tout élément constituant le début d'un produit (généralement en forme de bande).
CIN. Élément de film ne comportant pas d'impression, collé au début d'une bobine :
23. L'amorce, placée au début de la bande [cinématographique] sert (...) à amorcer le film sur l'appareil projecteur, ...
H. DE GRAFFIGNY, Cours de cinématographie, 1923, p. 164.
24. Les trois bandes, paroles, musique et effets, devant être synchrones, le monteur les munira, comme nous l'avons déjà dit, de bouts de pellicule voilée, appelés amorces de mélange.
Le Montage du film (la mise au point du montage avant le mixage), École technique du cinéma par correspondance, cours n° 14, 1945, p. 40.
Rem. Attesté ds Lar. encyclop. et Cinéma 1968.
ÉLECTRON. Amorce d'une bande magnétique. Partie de ruban dépourvue de couche magnétique.
Rem. Attesté ds Lar. encyclop. et VOYENNE 1967.
JOURN. ,,Début à la une d'un article trop long pour y figurer tout entier.`` (VOYENNE 1967).
DÉR. Amorce-siphons, subst. masc., technol. Instrument utilisé pour la mise en action d'un siphon (R. BRUNET, Le Matériel vinicole, 1925, p. 479).
Prononc. :[].
Étymol. ET HIST. — 1. Fin XIIIe s. amorse « appât (au fig.) » (B. DE CONDÉ, Voie de Parad., 370 ds GDF. Compl. : La pomme morse Dont deables nous fit amorse Pour nous prendre); ca 1393 id. « appât (sens propre) » (Ménagier de Paris, II, 63, éd. par la Soc. des Bibliophiles français ds T.-L. : se il veult faire amorse de une vielle beste morte, faire le peut); 1680 pêche amorce (RICH. : Amorce, ce qu'on met au bout de la ligne pour attraper le poisson); 2. p. anal. a) 1559 amorche « petite troupe destinée à attirer l'ennemi » (AMYOT, Pompée, 20 ds HUG. : Pompeius marchant incontinent droit à luy ... luy attiltra une amorche de dix cohortes, qu'il envoya piller la campagne); b) 1616-1620 amorce « ce qui sert à communiquer le feu à la poudre d'une arme, d'une mine » (AUBIGNÉ, Hist., II, 135 ds GDF. Compl. : Ce jeune homme et ses compagnons ne faillirent pas, des qu'ils ouirent siffler l'amorce [de la mine], de prendre leur course).
Part. passé fém. pris substantivement de l'anc. verbe amordre « mordre » d'où « attirer, amorcer » attesté du XIIe au XVIe s. (GDF.), du lat. pop. , class. , voir mordre.
STAT. — Fréq. abs. litt. :233. Fréq. rel. litt. :XIXe s. : a) 234, b) 238; XXe s. : a) 219, b) 531.
BBG. — BACH.-DEZ. 1882. — BAILLY (R.) 1969 [1946]. — BAR. 1960. — BARB.-CAD. 1963. — BAUDR. Chasses 1834. — BAUDR. Pêches 1827. — BÉL. 1957. — BÉNAC 1956. — BOISS.8. — BOUILLET 1859. — BRUANT 1901. — CHABAT t. 1 1875. — CHESN. 1857. — Cinéma 1968. — Comm. t. 1 1837. — DAIRE 1759. — DARM. Vie 1932, p. 97. — DELORME 1962. — DUP. 1961. — DUVAL 1959. — Électron. 1963-64. — FÉR. 1768. — GRAND. 1962. — GRUSS 1952. — GUILH. 1969. — JOSSIER 1881. — LAF. 1878. — Lar. comm. 1930. — LE CLÈRE 1960. — NOTER-LÉC. 1912. — POLLET 1970. — PRÉV. 1755. — REGULA (M.). Etymologica In : [Mélanges Gamillscheg (E.)]. München, 1968, p. 484. — Sc. 1962. — UV.-CHAPMAN 1956. — VOYENNE 1967. — WILL. 1831.

amorce [amɔʀs] n. f.
ÉTYM. XIIIe, amorse, n. f.; 1559, aussi amorche; de amors, p. p. de l'anc. franç. amordre, de mordre.
———
I
1 Pêche. (Vx). Appât. Leurre, mouche. || Mettre une amorce à l'hameçon. Esche.(Mod.). Produit jeté dans l'eau pour amorcer le poisson. || Le blé, le pain, le sang, les vers blancs servent d'amorces. || Prendre des poissons, des oiseaux avec des amorces, (collectif) avec de l'amorce. || Jeter une amorce d'œufs de morue ( Rogue) dans l'eau pour attirer les sardines.
Chasse. Produit disséminé pour attirer le gibier dans le piège.
2 Fig. (Vx). Ce qui attire, séduit. Appât, attrait, leurre.REM. Le sens est encore attesté au XIXe s. (Balzac, Baudelaire); au XXe s., il est plutôt métaphorique (du sens 1.).
1 Il (l'amour) entre avec douceur, puis il règne par force;
Et quand l'âme une fois a goûté son amorce (…)
Corneille, Horace, III, 4.
2 Sans flatter leurs désirs, sans leur jeter d'amorce (…)
Corneille, Rodogune, III, 3.
3 Sa grâce et sa vertu sont de douces amorces (…)
Molière, l'Étourdi, III, 2.
4 Craignez d'un vain plaisir les trompeuses amorces.
Boileau, l'Art poétique, I.
(Mil. XIXe). Vx. Coup d'œil aguichant.
———
II
1 (1616). Petite masse de matière détonante servant à provoquer l'explosion d'une charge de poudre ou d'explosif; dispositif de mise à feu. Détonateur. || Amorce fulminante d'une capsule. || Percuteur (cit. 1) d'une amorce. || Brûler, enflammer une amorce. || Amorce mouillée, qui ne part pas, qui rate.
5 S'agit-il d'exercer Émile au bruit d'une arme à feu, je brûle d'abord une amorce dans un pistolet.
Rousseau, Émile, I.
5.1 Restait la question d'inflammation de la substance explosive. Ordinairement, la nitroglycérine s'enflamme au moyen d'amorces de fulminate qui, en éclatant, déterminent l'explosion. Il faut, en effet, un choc pour provoquer l'explosion, et, allumée simplement, cette substance brûlerait sans éclater.
J. Verne, l'Île mystérieuse, t. I, p. 229.
Loc. (Vieilli). Sans brûler une amorce : sans tirer un coup de feu.
6 Puységur eut la gloire de l'occupation de toutes les places espagnoles des Pays-Bas sans brûler une amorce.
Saint-Simon, in Littré.
Petite charge détonante, enfermée dans une capsule, et capable de détoner par pression pour faire du bruit. Capsule, pétard. || Amorces pour pistolets d'enfants. || Pistolet à amorces.
2 Techn. Substance, quantité d'une substance permettant de mettre en route un phénomène.
Spécialt. || Amorce d'une réaction chimique.
Quantité d'eau qu'on verse dans une pompe, dans un siphon, pour l'amorcer.
3 (1866). Élément qui sert de début, qui amorce qqch.Spécialt. Premier tronçon d'une route, d'une voie ferrée (servant d'indication pour les travaux à venir).
7 La jetée s'étend devant lui comme l'amorce d'une route inachevée, qui aurait entrepris de traverser la mer.
Pierre Louÿs, Aphrodite, IV, 1.
Archit. Pierres d'attente formant saillie en prévision d'une construction ultérieure. Harpe. Commencement d'une construction qui doit être achevée plus tard.
(1945). Ruban coloré qu'on colle à l'extrémité d'un film ou d'une bande magnétique pour protéger le pourtour extérieur du rouleau (on dit aussi bande-amorce).
7.1 On apprendra (…) pour ces montages élémentaires, à se servir des ciseaux, du scotch et des amorces de différentes couleurs.
P. Schaeffer, la Musique concrète, p. 45.
Inform. Partie d'un programme qui entraîne l'apparition d'instructions suivantes.
4 (1913, l'amorce et l'amorce des temps futurs, Péguy, in T. L. F.). Fig. Manière d'entamer, de commencer. Commencement, début, ébauche. || Cette rencontre pourrait être l'amorce d'une négociation véritable.L'amorce d'un développement, d'une œuvre.
8 Il y a un vif plaisir d'intelligence à entrevoir, dans une analogie, l'amorce d'une loi.
A. Maurois, À la recherche de Marcel Proust, VI, 3.
Spécialt. Début en première page d'un journal d'un article continué à l'intérieur.
5 Rare. Fait d'amorcer une réaction, un phénomène. Amorçage (3.).
9 Pour vider une cuve dans une autre par un tuyau de caoutchouc, une simple amorce suffit.
Cocteau, les Enfants terribles, éd. Fayard, 1929, p. 138.
CONTR. Achèvement, conclusion, réalisation, terminaison.
DÉR. Amorcer.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • amorce — AMORCE. s. f. Appât pour prendre des poissons, des oiseaux, etc. Prendre des poissons avec de l amorce. De l amorce pour prendre des oiseaux.Amorce, se dit aussi De la poudre à canon, qu on met dans le bassinet d une arme à feu, ou à des fusées,… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • amorce — AMORCE. s. f. Appas pour prendre des poissons, des oiseaux, des bestes &c. Prendre avec de l amorce. cet oiseau ne se prendra pas à cette amorce là. Amorce, Se dit aussi, de la Poudre qu on met dans le bassinet d une arme à feu, ou à des fusées,… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • amorcé — amorcé, ée (a mor sé, sée) part. passé. 1°   Garni d une amorce. Une ligne amorcée. 2°   Attiré. Les poissons amorcés par l appât qu on jetait. Les hommes amorcés par les plaisirs …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Amorce — [a mɔrs] die; , s <aus gleichbed. fr. amorce zu altfr. amordre »(an)beißen«, dies aus gleichbed. lat. admordere> (veraltet) 1. Köder, Lockspeise. 2. (meist Plur.) Zündblättchen (für Feuerwerkskörper u. Ä.). 3. (meist Plur.) Abfallstück von… …   Das große Fremdwörterbuch

  • amorce — Amorce, ou Appast, Esca, Illicium, B. ex Varrone. Amorce à feu, Ignis esca …   Thresor de la langue françoyse

  • Amorce — (fr., spr. amors), 1) Lockspeise; 2) Zündkraut; 3) Satzloch an Minen; daher Amorciren (spr. Amorsiren), anlocken; anfeuern …   Pierer's Universal-Lexikon

  • amorcé — Amorcé, [amorc]ée. part. Il a les signif. de son verbe …   Dictionnaire de l'Académie française

  • amorce — /ə mörsˈ/ noun A percussion cap for a toy pistol ORIGIN: Fr, priming …   Useful english dictionary

  • amorce — (a mor s ) s. f. 1°   Appât pour prendre certains animaux. Mettre l amorce à l hameçon. 2°   Fig. Tout ce qui fait mordre à, tout ce qui attire. Se laisser prendre à l amorce des voluptés. •   Et quand l âme une fois a goûté son amorce [de l… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • AMORCE — s. f. Appât pour prendre des poissons, des oiseaux, etc. Prendre des poissons avec de l amorce. Mettre, attacher l amorce à l hameçon. De l amorce pour prendre des oiseaux.   Il se dit, figurément, de Tout ce qui attire la volonté en flattant les …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)